El trotamundo
Après de nombreux voyages en Amérique du Sud principalement, je me suis enfin décidé à partir avec un aller simple et pour une durée indéterminée. On verra où le voyage me mènera, ce que les rencontres me feront découvrir, quels sont les endroits qui me fascineront,... l'idée étant de pouvoir saisir toutes les opportunités qui se présenteront à moi dans les mois à venir....

Menu

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Album photos
Archives
Mes amis

Mes albums

Où suis-je actuellement ?



«  Avril 2018  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30 

Rubriques


Sites favoris


Las Palmas de Cera de Salento

     On est tous les trois dans le coltard après ce week-end de rumba et surtout parce qu'il est sept heures du mat' et qu'on est déjà au terminal de transporte ! Druz et Svenja ont toutes leurs affaires tandis que moi je voyage léger parce que j'ai prévu de retourner à Cali pour l'anniversaire d'Ana Maria. C'est vraiment agréable de porter juste un petit sac quand on a l'habitude de trimbaler 25 kilos sur le dos, au moins 5 ou 6 devant et un body sous l'bras.

     En sortant de la ville, les champs de canne à sucre défilent devant nous sur des kilomètres puis le relief change à nouveau en entrant dans le département du Quindío. Le rio Cauca se faufile entre les collines aux formes arrondies et les zébus blancs broutent à l'ombre des cocotiers. En arrivant à Armenia, juste le temps de boire un café et à peine de fumer une clope et on saute dans le bus pour Salento. Maintenant les collines se sont transformées en élégantes montagnes vêtues du manteau vert des caféiers cultivés sur leurs pentes abruptes. On s'enfonce dans la nature, on grimpe de plus en plus haut et finalement on arrive dans un joli petit village aux maisons bordées de poutres et de balcons bleus, rouges, verts ou jaunes.
     Les gens ont coutume de se déplacer en charrette ou à cheval, le sombrero sur la tête  et le poncho sur les épaules. On imagine bien Juan Valdez débarquer ici avec sa mule et son sac de café. Et c'est à cheval qu'on souhaiterait découvrir el Valle de Cocora. Une journée pour y aller et revenir. Vu qu'on a que l'après-midi, on opte pour la solution voiture puis cheval à l'arrivée. Sur la place attendent les jeeps, on négocie le prix et on saute à l'arrière de l'engin. Debouts, les cheveux au vent, on admire les paysages de plus en plus beaux à chaque virage. On s'approche de notre but et las palmas de cera (les palmiers de cire, ndlr) commencent à s'élever sur les crêtes des montagnes. Ces palmiers gigantesques, pouvant atteindre une hauteur de 60 mètres, étaient abattus au siècle dernier pour en extraire de la cire mais comme on n'en trouvent que dans cette vallée (peut-être même au monde mais j'ai peur de dire une connerie) les autorités ont interdit leur exploitation. Du fait de leur rareté, ils ont été nommés "arbre nationale de la Colombie". 
 On saute de la jeep et on enfourche les chevaux pour pénétrer un peu plus dans la vallée. Le ciel est toujours couvert mais les éclaircies plus fréquentes maintenant laissent échapper quelques rayons de soleil qui illuminent les palmiers comme si c'était d'une intention divine. Cette promenade nous émerveille sauf Svenja qui fait la gueule, on sait pas trop pourquoi. C'est vrai que le chemin est franchement boueux et qu'on en prend plein les pattes mais on s'en doute quand on va faire du cheval. Y'a un peu de ça vraisemblablement mais elle pensait vraiment se trouver dans une forêt bien dense en palmiers alors que justement on aime qu'ils soient plus éparses et plantés tout droit comme des piquets. Elle aura bien le temps d'en profiter des champs de palmiers et de cocotiers quand elle sera sur la côte caribéenne.
     De retour à Salento, on sort manger une truite qu'il ne faut apparemment pas rater ici (elle est un peu trop grillée mais ça l'fait quand même). Les rues sont bien propres, les maisons bien peintes, de jolis petits magasins vendent des artesanias de tous genres et de jolis petits restaurants proposent des plats végétariens. On sent les prémices d'une invasion touristique qui oeuvre peu à peu. La première fois que j'ai connu ce pays, je ne n'avais pas croiser un routard avant d'arriver sur la côte nord et là, dès Popayán, j'en ai rencontré plusieurs. 
Après une bonne nuit de sommeil, chacun reprend sa route. Svenja part vers Bogota, Druz vers Medellin et moi vers Cali mais on a prévu de se retrouver à Santa Marta dans quelques jours. 
 
     Le rendez-vous est donné à 16 heures chez Liliana, la maman d'Ana Maria et la soeur de Julian (pour ceux qu'aurait pas suivi le dernier épisode). On arrive avec les cadeaux et une heure de retard (hora colombiana) et tout le monde est déjà là (sauf les maris bien sûr). Il y a même le tonton ancien narcotraficant à l'air patibulaire qui ne décroche jamais un mot ni un sourire. Le salon est décoré de guirlandes et de ballons, Ana Maria dans sa jolie robe attend derrière la table pour souffler ses huit bougies et découper son énorme cake au chocolat. Elle ouvre ses cadeaux barbie ou niña bonita, saute de joie, embrasse tout le monde,... un vrai anniversaire de petite fille. 
     Pour le dîner, on retourne au restaurant de Julian pour savourer une dernière fois du baby beef con maduros. On est en plus petit comité (même si tonton est toujours là), ça me permet de passer du temps avec Ana Maria qui jouait toute la journée avec moi il y a quelques années. Au moment de lui dire au revoir, elle me demande quand je reviendrais et je lui réponds que je ne sais pas encore. Alors elle prend son air malicieux et me dit :"tu reviens pour mes 9 ans !"
 
Le lendemain, je repars vers les Caraibes, heureux d'être revenu à Cali. Mes premiers souvenirs de Colombie, mes premières amitiés colombiennes. Je faisais vraiment partie de la fraterie Obando et aujourd'hui, malgré les années écoulées, leur séparation, le chemin que chacun a pris, leurs liens restent aussi fort et les nôtres aussi. "Cali, volveré !!!!!"


Publié à 06:39, le 5/05/2011, Salento
Mots clefs :
Commentaires (1) | Ajouter un commentaire | Lien